mercredi 30 novembre 2011

À l'écoute de la petite voix

Dernièrement, je me suis rendue compte que je n'étais pas vraiment à l'écoute de la petite voix qui me parle parfois. Je me suis donc donné comme défi d'être plus à l'écoute.

Défi réussi: En payant pour mon stationnement à l’hôpital, la petite machine me dit d'appuyer au bas si je veux un reçu. Je me dis alors: «Pourquoi je prendrais un reçu, ça va terminer dans le fond de ma sacoche encore!» mais... ma petite voix m'a dit de le prendre. J'ai donc pris mon reçu et une chance que je l'ai fait!! Une fois le reçu en main, je me rend à l'auto, j'installe mon coco dans l'auto et je range la poussette dans la valise. Je me rend ensuite à la barrière et entre mon ticket. Un joyeux message me dit: «Date dépassée» et la barrière refuse de s'ouvrir. J'appui donc sur le bouton pour avoir de l'aide (plusieurs fois!!) mais aucune réponse et le poste de péage est fermé car il est tard donc pas de petit monsieur dans la cabine pour m'aider. Les voitures commencent à s'accumuler derrière moi et je dois reculer et retourner à l'intérieur de l'hôpital. JE RAGE! J'ai l'air d'une pauvre dinde qui n'a pas payé son ticket alors que ce n'est pas le cas. J'ai un bébé exténué après la batterie de tests qu'il vient de passer et moi, je ne rêve que d'être à la maison! J'ai dû me rendre au poste de sécurité et après avoir dit au monsieur que j'ai payé mon ticket mais que je n'arrivais pas à sortir, il m'a demandé si j'avais un reçu. Bingo, je sors le dit reçu du fond de ma sacoche et hop, quelques minutes plus tard (le temps de retourner à l'auto, rembarquer bébé et retourner à la barrière), j'étais sortie!!

Défi échoué: Hier matin, mon conjoint tente de rattacher un des côtés du bracelet de sa montre de sport avec un couteau. Pas n'importe quel couteau, un beau couteau à couper tranchant. Dans ma tête, quand je l'ai vu s'enligner, la petite voix dans ma tête m'a dit: «Il me semble que c'est dangereux ce couteau là!» Mais, je me suis dit que c'était un grand garçon et qu'il était capable de savoir ce qui était dangereux de ce qui ne l'est pas... Et bien croyez le ou non, il est passé tout droit et s'est ouvert un doigt. 4 points de suture!

samedi 26 novembre 2011

Des chansons qui nous rejoignent


J'avais envie d'écrire mais je ne savais pas quoi. Puis, cette chanson une chanson m'est venue en tête. Cette chanson, elle me touche. Cette détresse que plusieurs personnes semblent vivre comme moi, elle est dans cette chanson. Cette chanson me fait du bien car ça me fait penser que je ne suis pas seule à être dans le brouillard. Tous les jours, je vis ma vie comme une personne normale. Je suis capable de sourire et les gens qui me croisent ne pourraient dire que je suis mal en point. Je ne broie pas du noir à toute heure du jour ou de la nuit, j'ai quand même de bons moments. Mais en dehors de ces bons moments, il y a du brouillard.

Cette chanson qui me rejoint, c'est Le monde est stone de Luc Plamondon.

En voici les paroles:

J'ai la tête qui éclate
Je voudrais seulement dormir
Métendre sur l'asphalte
Et me laisser mourir

Stone
Le monde est stone
Je cherche le Soleil
Au milieu de la nuit

J'sais pas si c'est la Terre
Qui tourne à l'envers
Ou bien si c'est moi
Qui m'fait du cinéma
Qui m'fait mon cinéma

Je cherche le Soleil
Au milieu de ma nuit

Stone
Le monde est stone

J'ai plus envie d'me battre
J'ai plus envie d'courir
Comme tous ces automates
Qui bâtissent des empires
Que le vent peut détruire
Comme des châteaux de cartes

Stone
Le monde est stone

Laissez-moi me débattre
Venez pas m'secourir
Venez plutôt m'abattre
Pour m'empêcher d'souffrir
J'ai la tête qui éclate
Je voudrais seulement dormir
M'étendre sur l'asphalte
Et me laisser mourir
Et me laisser mourir


jeudi 24 novembre 2011

Je suis en panne

J'aurais tant de choses à dire mais je suis en panne...

Je ne sais pas comment les dire... Quand je m'essaie, ça sort tout croche... Alors j'efface.

Mon devoir pour le reste de la semaine: me trouver de l'aide pour apprendre à me recentrer sur moi-même... Je dois trouver quels sont mes besoins, quels sont mes désirs et mes ambitions... et finalement, comment je peux les faire valoir...

jeudi 17 novembre 2011

Méli-mélo post-déménagement...

La dépendance au béton vaincue!

J'étais triste de quitter ma maison de Montréal... j'ai eu un pincement au coeur en y retournant pour la dernière fois... J'aimais mes portes patio triple donnant sur une immense terrasse et qui laissait entrer la lumière dans la maison. Cependant, ce week-end, j'ai ressenti le bonheur de ne plus être entourée de béton... Je faisais la vaisselle et en regardant par la fenêtre au dessus de l'évier, j'ai vu de l'herbe, un arbre et une piscine et je me suis sentie apaisée...

J'ai aussi adoré voir ma petite cocotte faire du vélo dans la rue devant chez-nous plutôt que d'être limité à un trottoir et devoir faire attention aux voitures stationnées devant. Elle a aussi eu droit à son baptême de jeux dans les feuilles. Le béton a ses avantages mais la banlieue aussi!

L'adaptation ou la vengeance est douce au coeur de l'Indien...

Mon conjoint est probablement comme plusieurs autres hommes, un grand enfant. Vous connaissez l'expression «Si on lui en donne un pouce, il en prend long comme le bras»? Et bien cette expression est parfait pour décrire mon conjoint. Il a abuse toujours de la liberté qu'on lui donne. Ça m'a toujours énervée...(et ça m'énerve encore) mais comme je ne peux le changer, je m'adapte... Tout a un prix non? J'ai trouvé le mien pour ses abus.

Hier, en après-midi, mon conjoint me dit qu'il va revenir tôt car il a un début de rhume. Vers 17h00, il m'appelle pour me demander s'il peut aller prendre une petite bière rapidement avec son meilleur ami. Je lui dis que rendu là, il est aussi bien de souper avec car de toute façon, s'il va prendre une bière, il va revenir tard, n'aura pas soupé et on va être rushés car ça va être l'heure de coucher les petits. Qu'il aille prendre seulement une bière ou qu'il soupe avec son ami me mettait dans la même situation: faire souper les enfants et donner les bains toute seule. Ça ne m'enchantait pas trop car on est déménagés ce week-end et je suis fatiguée mais bon, si j'avais refusé, j'aurais été la méchante conjointe qui le brime de sa liberté. Ce que je ne savais pas, c'est qu'un souper ça prend plusieurs heures... il est rentré à 10h30!

Ça m'a vraiment mise en colère mais je n'ai rien dit. Je me suis couchée en me disant qu'il avait pris du bon temps et que je méritais moi aussi de me gâter. Ce matin, je suis donc allée m'acheter une belle paire de jeans (pas une petite paire pas chère, une belle paire de jeans Guess) et une ceinture. Est-ce immature? Peut-être, mais si ça m'aide à mieux accepter l'attitude «Me, myself and I» de mon conjoint, pourquoi pas?

Les pauvres femme de la taille d'un mannequin

Qui plaint ces femmes? Personnes. Elles sont minces et peuvent facilement s'habiller. Et bien, depuis que j'ai perdu beaucoup de poids, je les plains. Dès que je me cogne, je souffre!! La petite couche de gras qui servait de coussin pour absorber les chocs est disparue et on dirait que je me cogne directement sur les os. Je ne suis pas squelettique alors imaginez les femmes minces comme un fil... pauvres elles que je me suis dis tout de suite après m'être cogné la hanche sur le bac de recyclage...

Santé


Mon médecin est tombée à la renverse lorsqu'elle m'a vu il y a quelques semaines... Elle trouvait que j'avais perdu beaucoup de poids. Mes prises de sang n'ont rien révélées et on en est venues à la conclusion que c'est relié au stress que j'ai vécu dans les derniers mois. La dernières fois que j'ai eu cette taille, j'avais 17 ans! Les jeans que je me suis achetés sont de taille 25! Les vêtements que je m'étais achetés avant de retomber enceinte ne me font plus... Je voulais m'habiller propre pour passer chez le notaire cette semaine et j'avais seulement l'air de porter les vêtements de quelqu'un d'autre... J'ai donc dans ma garde-robe des vêtements de grandeur 30 à 25!

vendredi 11 novembre 2011

Vendredi merci, ça achève.

Vendredi Merci (Origine)

Ça achève enfin! Demain, à cette heure, nous serons bien installés dans notre nouvelle maison.

mercredi 9 novembre 2011

Super maman v/s Super papa


Je ne sais pas comment ça se passe dans votre couple mais ici, mon conjoint pense être le plus super dans notre couple alors que de mon côté je crois être la super du couple...

Avec le déménagement et les deux maisons, il faut dire qu'on en fait pas mal tous les deux. Mais comme toujours, nous n'avons pas la même perception du travail de l'autre.

Mon conjoint pense que:
Il en fait plus car il travaille le jour (c'est un homme TRÈS important donc quand il dit qu'il travaille, c'est pas de la petit job, c'est du gros travail! (légère pointe de sarcasme ;)) et le soir, il est à l'autre maison pour nous faciliter la vie lors de notre déménagement. (Je peux vous le confirmer, le garage est A1!!!)

Et que moi, je me la coule douce à la maison (il doit avoir raison, je trouve le temps de blogger!) car je n'ai pas de stress de rencontres ou de personnel à gérer (Haha, peut-être pas du personnel mais des enfants, ça oui!!). Je m'occupe de bébé (mais s'occuper d'un bébé, c'est pas vraiment difficile). Et je fais des boîtes pour déménager dans la nouvelle maison. (Le ménage, la vaisselle, le vidage de poubelle, le lavage, eux se font par magie!)

Je pense que:
Il travaille très fort mais a le temps de dîner avec des amis de gars au resto et prendre une petite bière (pendant que je mange à la course des foutus restants...).
Va porter des boîtes à notre nouvelle maison et range le tout à sa place (pendant que je couche seule les deux enfants).

Et que moi, je m'occupe seule le matin des deux enfants (car il est déjà parti à cette heure là). Durant la journée, entre deux boires, je fais le ménage de la maison, la vaisselle, le lavage, des boîtes (que je charge moi-même dans notre VUS pour qu'il soit prêt à partir après le souper), de la purée et j'en passe. Je vais chercher ma fille à la garderie, je fais ensuite manger mon coco et je prépare le souper. Je donne une fois sur deux les bains seules et je couche la plupart du temps les enfants toute seule. En soirée, je fais des boîtes et je retourne coucher ma fille qui se relève 15 000 fois. J'allais oublier, je suis celle qui administre le fameux antibiotique rose aux fruits (après les otites de mon bébé, ma cocotte fait une deuxième pneumonie en 1 mois... ça va super bien faire des boîtes avec une petite puce malade de 3 ans dans les jambes...)

Qui en fait le plus? Avec un peu de recul, je me dis que si lui pense qu'il en fait plus et que de mon côté je pense la même chose de moi-même, comme je trouve qu'il exagère, je dois exagérer moi aussi donc on doit être quitte... Ça tient la route comme raisonnement? ;)

lundi 7 novembre 2011

J'aurais voulu être un artiste...!


Il y a plusieurs années, j'adorais l'art. L'art sous toutes ses formes... Je faisais du dessin, de la peinture, du collage. Puis, un beau jour, j'ai tout arrêté. J'ai rangé mes pinceaux, mes crayons, tout mon attirail très loin et je n'y ai plus retouché. Pourquoi? Je me souviens de cette période comme d'une période de ma vie où j'étais très malheureuse... j'étais très mal en point et j'avais décidé de me séparer de moi-même je crois bien... J'ai oublié qui j'étais, ce que j'aimais dans la vie. J'ai oublié à un point tel que je n'étais plus capable de prendre de décisions. À quel resto tu veux aller? Je sais pas... Qu'est-ce que tu aimerais manger? Je sais pas... Qu'est-ce que tu aimerais avoir en cadeaux? Je sais pas...

Avant ma dernière grossesse, j'ai refait une dépression (vous aviez sûrement compris que lorsque j'ai arrêté les arts, j'en faisais une....). J'ai fait un dépression car je me suis rendue compte que je ne savais plus ce que je voulais dans la vie... je ne savais pas qui j'étais. J'avais vécu aux côtés de mon amoureux et l'avait suivie sans faire aucun choix. C'est comme si pendant plusieurs années, j'avais vécu sur le pilote automatique et je me réveillais en me rendant compte que je ne m'étais pas du tout rendue où j'aurais aimé me rendre....

J'ai beaucoup travaillé sur moi pendant ma grossesse. Mon arrêt de travail m'a donné beaucoup de temps pour lire et réfléchir. Petit à petit je me suis mise à mieux me comprendre, à me retrouver... Est-ce que tout est maintenant parfait? Non mais j'ai espoir...

C'était ma fête à la fin de la semaine dernière et j'ai trouvé la semaine passée ce que je voulais comme cadeau. Après une visite chez Desserres pour acheter du maquillage pour l'Halloween, ça m'a frappé... j'avais envie de créer! Mes parents m'ont donc donné des sous et vous pouvez voir sur l'image ce que mon magasinage a donné.

J'étais dans la magasin et je mettais tout ce qui me tentait dans mon panier sans compter. Si ça dépassait le budget? Tant pis! Pourtant, quand je suis revenue à la maison et que j'ai pensé à ce que je venais d'acheter, je me suis demandée... quand est-ce que je vais faire du dessiner, de la peinture et me servir de tout ce que j'ai acheté? Je me revoyais au secondaire travailler à tous les soirs sur ma table de dessin... Dans ce temps-là, j'avais tout mon temps, pas d'enfants, pas de travail.... Je me suis alors demandée, est-ce qu'il est trop tard pour me remettre à créer?

Je vais laisser le déménagement passer et ensuite, je vais me trouver du temps pour moi. J'en ai tellement besoin... Alors non, il n'est pas trop tard.

Ma petite soeur m'a demandé pourquoi je m'y remettais. Elle (et tous les autres membres de ma famille...) m'a dit qu'elle était très contente que je recommence car elle trouvait que j'étais tellement bonne. Elle a même gardé tous les dessins que j'avais fait pour elle quand on était jeunes (bon... je suis encore jeune... mais vous comprenez ce que je veux dire). Je lui ai dit que je ne savais pas... Au fond, je le sais, mais je n'avais pas envie d'en parler.